• Pauline Gauer

Après 8 ans, Bob Dylan sort Murder Most Foul

“C’était une journée sombre à Dallas, en Novembre 1963. Une journée marquée au sceau de l’infamie. Le président Kennedy était populaire. Une bonne journée pour être vivant, une journée idéale pour mourir. En étant mené, tel l’agneau sacrificiel, à l’abattoir. Il a dit : « Attendez une minute, les garçons, vous savez qui je suis ? ». « Bien sûr que oui, on sait qui vous êtes ! ». Puis ils lui ont explosé la tête alors qu’il était encore dans la voiture. Abattu comme un chien en plein jour. C’était une question de timing et le timing était bon.”


Ce sont les premiers mots de Bob Dylan, sur sa dernière chanson publiée par surprise vendredi 27 mars. Murder Most Foul - le meurtre le plus affreux. Un titre qui renvoie à un vers d'Hamlet, lors que le fantôme du père explique au prince du Danemark qui vient d’être victime du “meurtre le plus affreux”.



Murder Most Foul, dix sept minutes en hommage à John F. Kennedy, son assassinat en novembre 1963 et ses conséquences sur la culture populaire américaine. Au final, Bob Dylan nous livre un bilan sombre et introspectif de la carrière de l’ancien président. Et de manière cachée, il nous raconte que l’histoire des Etats-Unis, c’est d’abord une histoire d’héritage de la violence.


Un long poème, sans refrain. Bob Dylan déclame lentement des vers, de sa voix rauque et usée, mais toujours aussi compréhensible. Il est accompagné d’un piano, de percussions et d’un violoncelle, qui donnent une dimension crépusculaire au morceau. Le chanteur de 78 ans y glisse de nombreuses références à la culture populaires des années 60, puis 70 : il parle de Marilyn Monroe, des Beatles (“The Beatles are coming / They’re gonna hold your hand”), du Festival Woodstock (“I'm going to Woodstock / It’s the Aquarian Age”), du quatrième album des Who, Tommy, et du Festival d'Altamont (“Then, I'll go to Altamont / And sit near the stage”).


Avec une carrière débutée dans les années 60, Bob Dylan reste fidèle à lui-même, avec des propos engagés et nostalgiques sur une mélodie folk. D’ailleurs, en 2016, il recevait le Prix Nobel de Littérature, pour “avoir créé de nouvelles expressions poétiques dans la grande tradition de la chanson américaine”.


Oui, la musique de Bob Dylan reste un classique. Et ce nouveau morceau, c’est une surprise pour tout le monde. Le chanteur, qui n’avait pas présenté de titre original depuis l’album Tempest, en 2012, a posté un message sur Twitter le 27 mars dernier pour expliquer qu’il “s'agit d'une chanson inédite que nous avons enregistrée il y a quelque temps et qui pourrait vous intéresser.” Cette sortie, en période de pandémie et confinement mondial, est un petit événement qui a ému les fans du chanteur, et les plus curieux.



Dix-sept minutes, et une fin spectaculaire. Une fin sans fin. Jouez-leur de la musique, à Kennedy, et à Bob Dylan. Le chanteur déroule une longue liste de références culturelles, principalement musicales, des années 60 et 70. On y retrouve la jeunesse de Dylan et une pincée de nostalgie. On vous laisse sur cette fin de chanson bouleversante, traduite en français. Comme une longue playlist livrée par Bob Dylan lui même, à écouter sans modération.


“Jouez-moi une chanson, M. Wolfman Jack

Jouez-la pour moi dans ma longue Cadillac

Jouez-moi "Only the Good Die Young”

Emmenez-moi à l’endroit où Tom Dooley a été pendu

Jouez "St. James Infirmary" et "The Court of St James"

Si vous voulez vous souvenir, vous feriez mieux d’écrire les noms

Jouez du Etta James, aussi, jouez "I'd Rather Go Blind"

Jouez-la pour l’homme à l’esprit de télépathie

Jouez du John Lee Hooker, jouez “Scratch My Back"

Jouez-la pour ce propriétaire de club de strip-tease prénommé Jack

Guitar Slim décline lentement

Jouez-la pour moi et pour Marilyn Monroe

Jouez "Please Don't Let Me Be Misunderstood"

Jouez-la pour la Première Dame, elle ne se sent pas bien

Jouez du Don Henley, jouez du Glenn Frey

Allez jusqu’à l’extrême limite et laissez passer

Jouez pour Carl Wilson aussi

Je regarde au loin, au loin dans Gower Avenue

Jouez "Tragedy", jouez "Twilight Time"

Ramenez-moi à Tulsa, sur le lieu du crime

Jouez-moi encore une chanson et "Another One Bites the Dust"

Jouez "The Old Rugged Cross" et "In God We Trust"

Je descends cette longue route solitaire sur le cheval rose

Je reste là et j’attends que sa tête explose

Jouez "Mystery Train" for M. Mystère

L’homme qui est tombé mort comme un arbre sans racine

Jouez-la pour le révérend, jouez-la pour le pasteur

Jouez-la pour le chien qui n’a pas de maître

Jouez du Oscar Peterson, jouez du Stan Getz

Jouez "Blue Sky," jouez du Dickey Betts

Jouez du Art Pepper, du Thelonious Monk

Charlie Parker et tout le bataclan

Tout le bataclan "All That Jazz"

Jouez quelque chose pour the Birdman of Alcatraz

Jouez du Buster Keaton, jouez du Harold Lloyd

Jouez du Bugsy Siegel, jouez du Pretty Boy Floyd

Jouez au loto, jouez les chiffres impairs

Jouez "Cry Me A River" pour the Lord of the gods

Jouez le numéro neuf, jouez le numéro six

Jouez-le pour Lindsey et Stevie Nicks

Jouez du Nat King Cole, jouez "Nature Boy"

Jouez "Down In The Boondocks" pour Terry Malloy

Jouez "It Happened One Night" et "One Night of Sin"

Il y a douze millions d’âmes qui écoutent

Jouez "Merchant of Venice", jouez "Merchants of Death"

Jouez "Stella by Starlight" pour Lady Macbeth

Ne vous inquiétez pas, Monsieur le Président, les secours sont en route

Vos frères arrivent, ça va barder, ça va être l’enfer

Les frères ? Quels frères ? C’est quoi, cette histoire d’enfer ?

Dites-leur : Nous attendons, continuez à venir, nous les aurons aussi.

Love Field est l’endroit où son avion a atterri

Mais il n’a jamais repris son envol

C’était un acte difficile à suivre, incomparable

Ils l’ont tué sur l’autel du soleil levant

Jouez "Misty" pour moi et "That Old Devil Moon"

Jouez "Anything Goes" et "Memphis in June"

Jouez "Lonely At the Top" et "Lonely Are the Brave"

Jouez-le pour Houdini qui tourne autour de sa tombe

Jouez du Jelly Roll Morton, jouez "Lucille"

Jouez "Deep In a Dream" et jouez "Driving Wheel"

Jouez "Moonlight Sonata" en fa dièse

Et "A Key to the Highway" pour que le roi de la harpe soit à l’aise

Jouez "Marching Through Georgia" et "Dumbarton's Drums"

Jouez les ténèbres et la mort viendra quand elle le décidera

Jouez "Love Me Or Leave Me" par le grand Bud Powell

Jouez "The Blood-stained Banner", jouez "Murder Most Foul".”


Murder Most Foul, à retrouver sur toutes les plateformes de streaming.


Pauline Gauer

0 vue
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc