• Pauline Gauer

Musique : trois titres à écouter cette semaine

Mis à jour : juin 10


Couverture : Antoine Henault


En cette première semaine de juin, nous vous proposons trois titres musicaux et notre ressenti à leur sujet. Pour nous, c'est un moyen de partager une musique peu connue du grand public, française ou internationale, qui touche, qui marque et qui répare.


Aujourd’hui, les trois titres seront français, et le premier est celui de l’artiste de 27 ans : Thylacine. Saxophoniste et beatmaker, il sort un album en 2015 du nom de Transsiberian, auquel nous avons consacré un article entier à lire ici.


Transsiberian, c’est un album qu’il compose le temps d’un périple en train de 10 000 kilomètres, de Moscou à Vladivostok, en Russie. La pochette de l’album est d’ailleurs l’illustration de l’itinéraire de ce périple. En parallèle, il publie une web-série documentaire du même nom, disponible sur YouTube en 10 épisodes. Poly, la musique la plus joyeuse de l’album, c’est le paysage qui défile de la fenêtre d’un train, un mélange de downtempo et de rythmes house tribaux. Un voyage sonore et visuel dont on ne se lasse pas.


Plus tôt, en 2009, le chanteur Da Silva publiait “Les plus belles lettres”.


“Si je tremble c'est qu'aujourd'hui je vais jeter, Au vent tes plus belles lettres, [...] Que tu ailles au diable, Je connais trop les déserts”.


C’est l’amertume des déceptions amoureuses, un des sujets les plus récurrents du chanteur français. “Les plus belles lettres”, c’est le morceau le plus nostalgique de l’album “La tendresse des fous”. Amateur des voyages en solitaires et des secondes casanières, Da Silva raconte l’amour et la haine avec mélancolie.



Toujours en France, avec le groupe Catastrophe qui nous partageait en 2018 son immense chanson : Nuggets. Alors non, on ne parle pas de viande mais de “pépite”, la traduction anglaise. Ses six personnages aux couleurs pastels, les power rangers de notre génération, chantent l’amour et la joie.


Dans le clip, ce sont des inconnus isolés dans une cabine qui s’échangent des petits bouts de papiers contenant leur secret, qui resteront d’ailleurs secrets. Des ralentis sur leur sourire et leur surprise qui donnent du baume au coeur, et les paroles “Nugget is love” en fond sonore. Catastrophe c’est fort, c’est doux, on en redemandera toujours.


Pauline Gauer

0 vue
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc