• Pauline Gauer

"Insectes et Ciel étoilé", le nouveau programme de l'Observatoire de la Biodiversité de la Nuit



Une fois de plus, et sûrement la dernière, nous vous parlons d’un programme de science participative. Pourquoi ? Parce que c’est important, essentiel, parce que ça nous touche. Si Vigi-nature propose des programmes de sciences participatives depuis plus de 20 ans, c’est que les résultats suivent ! Ils permettent par exemple de voir de quelle manière l’urbanisation, les pratiques agricoles et le réchauffement climatique agissent sur les écosystèmes actuels. Et c’est ce qui nous a plu : chacun, à son échelle, peut se rendre utile pour l’avancement des recherches biologiques.


Aujourd’hui, le programme que l’on a choisi de vous présenter, c’est celui d’”Insectes et Ciel étoilé”, créé par des scientifiques de l’Observatoire de la Biodiversité de la Nuit, en 2014. Leur projet est de s’intéresser aux effets de la pollution lumineuse sur les insectes nocturnes. En effet, beaucoup d’insectes vivent la nuit et l’on ne s’en rend pas si compte que ça ! Seulement en France, on dénombre plus de 5000 espèces de papillons de nuit, contre 20 fois moins de papillons de jour. Et ces insectes nocturnes jouent un rôle essentiel dans la pollinisation des fleurs.



Pour autant, les éclairages artificiels créés par l’homme, comme ceux des magasins par exemple, perturbent ces insectes ainsi que leur mode de vie. La lumière naturelle, avec ces cycles saisonniers et journaliers a conditionné l’humain et l’animal, modifiant ainsi leur horloge biologique et leurs repères spatio-temporels. Alors, si l’on ajoute des lumières artificielles visibles de nuit, c’est la perception du monde et le sens d’orientation de ces animaux qui se modifie. Et c’est le sujet d’enquête de ce programme.


“La pollution lumineuse a un impact significatif sur la biodiversité. Une grande partie de l’activité biologique de la faune et de la flore ayant lieu la nuit, les nuisances lumineuses provoquent des effets délétères sur les espèces nocturnes. Faute de le voir, on oublie ce peuple de la nuit, mais il est essentiel au bon fonctionnement des écosystèmes naturels.” - Angélique Daubercies, Chargée du programme Observatoires de la biodiversité


L’Observatoire de la Biodiversité de la Nuit demande aux citoyens de remplir deux missions distinctes lorsque la nuit tombe. La première mission va évaluer l’abondance et la diversité des espèces d’insectes. Au coucher du soleil, il faut installer une ampoule allumée au dessus d’un drap blanc. Une heure plus tard, il faudra compter et identifier les petites bêtes qui auront été attirées par le dispositif.



La deuxième mission va permettre d’estimer la pollution lumineuse. Il suffit d’habituer ses yeux à l’obscurité puis de regarder le ciel dans le but de repérer une constellation précise : lion, vierge ou cygne, puis noter les étoiles sur la fiche informative.


Une fois les observations terminées, elles sont à envoyer aux chercheurs directement via le site, afin de participer à la prochaine étude sur les effets de la pollution lumineuse sur les insectes nocturnes.


Participez au programme ici


Pauline Gauer

12 vues
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc