• Pauline Gauer

Le Coroner, la série YouTube qui analyse les morts cultes de la pop culture



Innovant et bien réalisé, Le Coroner est une série de vidéos sortie depuis novembre, qui traite de la mort dans les films et les jeux vidéos. Réalisé par Mike Zonnenberg et Fabio Soares, le projet consiste à disséquer les classiques de la pop culture à travers le personnage du Coroner, incarné par Stefan Godin.


Chaque épisode débute par la dissection fictive d’un corps par ce médecin légiste à l’humour décalé. Puis, il analyse précisément la mort d’un personnage d’une oeuvre culte. Stefan Godin explique à travers les images en quoi ces oeuvres ont impacté la société d’aujourd’hui et pourquoi même après 40, 50 ou 60 ans, elles restent gravées dans nos mémoires.


La chaîne qui héberge cette série, Chronik Fiction, a déjà fidélisée près de 200 000 fans de pop culture, un succès pour les deux réalisateurs qui avaient débutés dans la publicité. Il faut dire que le concept est très original : présenter les épisodes comme des courts-métrages policiers, réalisés avec des effets spéciaux, un véritable décor de films et un beau jeu d’acteur.


Dans le lot, il y a deux épisodes qui nous ont marqué. Le premier, c’est celui qui traite de la mort la plus injuste du cinéma, attention spoiler : celle de John Coffey dans le film La Ligne Verte. Stefan Godin raconte l’histoire de ce gardien-chef du pénitencier de Cold Mountain en 1935, Paul Edgecomb, rôle interprété par Tom Hanks. Il est en charge du bon déroulement des exécutions et tisse un lien fort avec John Coffey, un homme magique accusé à tort des viols et des meurtres de petites filles.



Le deuxième épisode qui a retenu notre attention est celui de la mort la plus culte du cinéma : la scène de la douche dans Psychose, le chef-d’oeuvre d’Alfred Hitchcock. En cavale après avoir détourné de l’argent, une jeune femme, Marion Crane conduit jusqu’à un petit motel. Après s’être installée, elle décide de prendre une douche. Le rideau s’ouvre et une silhouette munie d’un couteau l’assassine… Cet épisode raconte l’appropriation de la scène par son public, de génération en génération.



Enfin voilà, une nouvelle façon de parler de cinéma à travers un concept à l’humour noir et quelque peu morbide. C’est fort, c’est efficace et on en redemande. Le Coroner nous fait comprendre l’importance de la mort dans le cinéma et les jeux vidéos, un sujet peu abordé au quotidien.


Comme dirait Stefan Godin : “On peut rater sa vie, mais pas sa mort.”


Pauline Gauer

0 vue
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc