• Pauline Gauer

Musique : trois titres à écouter cette semaine



Première playlist d’août. Les jours trop chauds et le milieu des vacances. Autour de nous, les nouvelles sont bien tristes mais il faut continuer de rêver, d’aimer, de vivre. La musique nous accompagne à chaque minute de cette année étrange, comme une berceuse rassurante en pleine tempête.


Le premier orage, c’est celui de l’artiste britannique Iglooghost : Amu, un morceau d’un autre monde. Sorti en 2020, le morceau est un mélange de curiosité, de fantaisie et d’obsession. Une chorale d’enfants qui accompagne une mélodie futuriste.


"C'est une chanson que j'ai réalisée avec une chorale d'enfants, sur l'écosystème d'une entité appelée Amu. Je suis en train d’ajouter la dernière touche à mon deuxième album et c'est le premier aperçu".


Dans le clip réalisé par Luke Gibson, Iglooghost nous raconte l’histoire d’une créature qui entreprend un voyage périlleux, d’un sanctuaire clandestin à la périphérie de la ville, mêlant vidéo et 3D. Un univers entre réalité et fiction.



Lors d’un concert au Zénith de Paris en 2019, Lomepal a déclenché une tempête. C’est la dernière chanson de la soirée et il interprète son morceau “1000°C” avec Roméo Elvis. Devant des milieux de personnes, Lomepal réussit à se réapproprier différemment son single, en y mettant toutes ses tripes. Un morceau live à retrouver sur la réédition de son album Jeannine : Amina.


“Les musiciens sont en train de faire tourner une boucle. La boucle elle va jamais s’arrêter. A moins que vous soyez prêts pour un dernier, un ultime refrain. Paris, je vous veux au maximum. C’est comme ça qu’on se dit au revoir Paris. [...] Je veux sentir la tension. Je veux sentir les énergies au maximum. C’est pour ça qu’on fait cette merde depuis le début Paris. Depuis le tout début. [...] On est tous en famille ce soir.”


Un moment d’émotion à en donner des frissons, comme si l’on y était, dans cette foule brûlante et en mouvement. Le souvenir d’un concert mémorable.



Le troisième morceau, c’est l’été et la plage abandonnée. Le chanteur Jakob Ogawa est né à Oslo, et ce que l’on aime chez l’artiste norvégien, c’est sa voix douce et décontractée, qui nous entraîne sur la piste. “All your love”, c’est un morceau de pop indie aux allures de musique de variété française des années 80. Elégant.


I'm wanting all your love

Wanting all your love

Your love

Your love


Pauline Gauer

13 vues
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc