• Pauline Gauer

Musique : trois titres à écouter cette semaine

La vie reprend, la culture aussi. Les gens vivent, sortent, écoutent et regardent. Et cet été, la musique risque d’être encore plus importante que les autres années : c’est celle qui nous fait danser, qui crée les souvenirs, qui guérit les plaies. Aujourd’hui, nous vous racontons l’histoire de trois morceaux francophones et anglophones, certains populaires, d’autres pas encore.


Le premier titre nous vient d’Angleterre et il est signé Fyfe, un artiste d’origine écossaise. ‘Solace’, chanson pop rock, vive et lente à la fois, et aux tonalités bien posées. Une ôde à la vie à la dimension robotique et fantomatique. Fyfe, c’est un morceau de l’éclosion de cette nouvelle génération, flottante, en orbite.


“Living isn't easy, when you've been free and it's taken away I will lay my head down.”


Le clip est minimaliste, et on y voit le chanteur au visage peint de bleu et de vert. Ce n’est pas notre vidéo préférée mais on aime la chanson. ‘Solace’ est entraînante, intense, sublime.



Le deuxième titre est français. Un featuring entre Shy’m, Youssoupha et Kemmler, que l’on ne s’attendait pas à voir. La chanteuse a invité les deux artistes sur ‘Absolem’, l’un des morceaux de son nouvel album ‘Agapé’.


‘Absolem’, c’est le nom de la chenille bleue qui trône sur son champignon et fume son narguilé, dans le film ‘Alice au pays des Merveilles’ de Tim Burton. Un mot qui signifie “chef” et “gardien de la paix”, et qui symbolise pour Shy’m la dualité.


C’est d’ailleurs cette dualité qui se retrouve dans ‘Absolem’, entre la voix posée et féminine de la chanteuse, et les voix plus engagées des deux rappeurs. Près de 9 minutes de paroles sombres, un cri venant du coeur de Shy’m, les angoisses et les doutes de Youssoupha et l’espoir de Kemmler.


“T'as fait chanter en choeur des gens qui ne se connaissaient même pas

T'as fait vibrer le coeur d'enfants sur centaines de lits d'hôpital

Cette pression, qui peut la supporter ? A part toi, évidemment

Le temps presse pas, t'es encore jeune, bien sûr que tu vas être maman.”



Le troisième morceau est ‘King and Cross’ et est extrait du premier album du chanteur Asgeir. Sorti en 2013, le single de l’artiste islandais est un folk moderne mêlé d’influences indé et un refrain à la touche électronique. Asgeir y dépose son habituelle voix paisible et profonde dans une chanson à la dimension lumineuse et pop dont on ne se lasse pas.


Pauline Gauer

4 vues
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc