• Pauline Gauer

Rencontre avec Apostrophe M : quand les idées passent avant l'esthétique



Nous avons échangé avec Marvin Gomis, alias Apostrophe M, illustrateur parisien de 28 ans. Il nous a parlé de ses oeuvres, et de comment il vit ce confinement.


Depuis quand tu dessines ?


Je dessine depuis tout petit, depuis l’école primaire. J’ai commencé plutôt avec un style de bandes-dessinées franco-belge, surtout Titeuf. Je le dessinais tout le temps. Puis, arrivé au collège, je me suis mis petit à petit aux mangas, aux comics et ça m’a permis de me diversifier au niveau de mon style.



Et aujourd’hui tu fais quoi ?


Aujourd’hui, ce serait plutôt au niveau de mes influences, de mes émotions et de ce qui va m’intéresser dans la vie. Je n’ai pas vraiment un style prédéfini. J’aime mélanger les genres et les influences. Je travaille principalement à partir des idées.


Je fais plutôt dans le contemporain, dans le comics, la BD américaine et franco-belge, et les BD japonaises. L’esthétique est importante, mais secondaire par rapport aux idées et à comment je me sens à ce moment-là.



Pour toi, quelle est la réaction des gens quand ils découvrent ton travail ?


Ce que j’aime beaucoup, c’est qu’ils se questionnent. Ils ne s’arrêtent pas au côté visuel, esthétique, mais plus au niveau de la réflexion de pourquoi est-ce que j’ai voulu faire passer tel ou tel message. Ils se questionnent sur l'intérêt, la consistance du dessin en lui-même, et sur les inspirations que j’ai pu avoir. C’est vraiment ce qui fait que j’aime dessiner, tout ne s’arrête pas à l’œuvre en soi. Cela va plus loin, avec une vraie réflexion des spectateurs, qui amène quelquefois à des échanges très intéressants, autour du thème abordé de l’œuvre par exemple.


Y-a-t-il des sujets pour lesquels tu luttes à travers tes dessins ?


Il y a des causes que je défends particulièrement, mais j’aime surtout faire passer des messages, de manière ésotériques par exemple. J’utilise souvent les grands principes de symboliques qu’on peut avoir dans notre monde, dans la culture pop. Je m'intéresse beaucoup aux faits de société, avec des sujets comme la surconsommation, l’addiction et des aspects négatifs que l’on a tendance à entretenir sans forcément s’en rendre compte, comme les réseaux sociaux par exemple. J’aime la réflexion au niveau de l’être humain de manière générale.



Le confinement, ça aide à la créativité quand on est dessinateur ?


Je trouve que c’est à double tranchant. D’un côté, ça aide à la créativité, d’un autre ça rend parfois un peu laxiste. C’est une liberté de créer, mais qui peut se transformer en contrainte quand on est cloîtré à un endroit, sans réel changement d’atmosphère. On ne peut pas forcément faire ce que l’on veut. Quand on a l’habitude d’une vie plutôt mouvementée, à faire beaucoup de choses qui stimulent d’un point de vue créatif, c’est très frustrant de devoir rester enfermé. On a assez de feuilles et de crayons, on a le temps qu’il faut mais produire quelque chose, c’est plutôt difficile.


Tu fais quoi de spécial en cette période ?


En ce moment, je cuisine beaucoup, je joue, je regarde des séries. Sinon, au niveau du dessin, j’ai quelques commandes qui continuent à arriver. Ce sont plutôt des dessins personnels, de gens qui veulent que je dessine leurs enfants dans un style manga par exemple. J’ai des artistes qui me demandent des illustrations aussi. Récemment, j’ai réalisé le visuel d’un podcast pour un média, c’était vraiment sympa à réaliser. C’est quelque chose que j’aime dans le dessin : on ne fait jamais la même chose.



Tu as des projets futurs, après le confinement ?


Après le confinement, j’ai envie de continuer ce que je fais. Que de nouvelles personnes découvrent mon travail. J’aimerais aussi commencer à travailler sur d’autres supports, comme des murs ou du bois, voire me mettre à la gravure aussi. Je trouve ça très intéressant.


Apostrophe M, à retrouver sur Instagram.

Pauline Gauer

0 vue
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc