• Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc

Rencontre avec Pauline Gauer, reporter Samouraï Coop & co-fondatrice Première Pluie

Chez Samouraï Coop, nous avons pour objectif de soutenir les démarches indépendantes dans tous les domaines de la création. Qu’il s’agisse d’arts, d’informations, ou de réalisations, notre objectif est d’expérimenter de nouvelles formes de coopérations de pousser les créateurs à de nouvelles formes d’organisations. Dans cette démarche, nous amorçons en 2020 une nouvelle étape de notre vision. Cette étape consiste à intégrer progressivement des journalistes d’investigation au sein de nos équipes, et de nouer des collaborations de long terme avec des équipes indépendantes, jeunes et passionnées par la culture sous toutes ses formes ! Il y a quelques semaines nous rejoignait au sein de l’équipe Samouraï Coop (et Samouraï TV) Pauline Gauer, jeune journaliste indépendante, co-fondatrice du média associatif Première Pluie. L’occasion pour nous d’intégrer de nouvelles compétences, et un nouveau regard sur le monde, et d’en partager l’essence à travers des chroniques et des articles. La coopérative a donc décidé de soutenir cette jeune équipe, en mettant en place une collaboration d’un article par semaine partagé sur Première Pluie, et produit par Samouraï Coop. Pour présenter cette nouvelle collaboration, il nous semblait logique de vous offrir une petite interview de Pauline, nouvelle venue dans l’équipe.


Pauline Gauer, par Diego Zebina

Bonjour Pauline, Comment vas-tu ? Peux-tu te présenter rapidement ? Comment se passe ton intégration au sein de l’équipe depuis 15 jours ?


Bonjour, je vais bien en ce mois de février ! Je m’appelle Pauline Gauer, j’ai 21 ans et je suis étudiante en master de journalisme, à Paris. Je suis fondatrice du média jeune Première Pluie. Je suis passionnée de photographie et de vidéo depuis l’âge de 7 ans.


Mon intégration à Samouraï se passe bien ! J’ai déjà des responsabilités et c’est très enrichissant. J’ai hâte de travailler sur de gros projets, comme la web-série Coop Nation par exemple, dont je vais avoir la responsabilité.


Pauline Gauer, par Diego Zebina

Raconte-nous, qu’est-ce que c’est Première Pluie ? Quelle est votre histoire ? Comment fonctionnez-vous ?


Première Pluie, c’est une histoire d’amitié à la base, entre cinq personnes : Arthur, Diego, Romain, Josh et moi. On s’est rencontré à Nancy. On aimait tous écrire, certains faisaient de la photographie, de la vidéo et de la communication. Alors, on s’est lancé dans cette aventure il y a deux ans, lors d’une discussion dans une forêt un dimanche matin : créer un média en ligne, jeune et collectif, au statut associatif. Et Première Pluie aujourd’hui, c’est un concentré d’articles culturels, sociétaux, littéraires et d’actualité; mais aussi, et de plus en plus : d’interview, de séries photo et de reportages vidéo. On fonctionne sur une organisation à distance, parce qu’on est tous séparés entre Nancy, Lyon, Dijon et Paris. Et depuis deux ans, une dizaine d’autres personnes ont rejoint le projet en tant que rédacteur ou illustrateur.


Equipe Première Pluie


Comment vois-tu le métier de journaliste ? Qu’est-ce que tu aimerais faire dans les prochaines années en tant que journaliste ?


A mes yeux, un journaliste est quelqu’un qui rapporte des histoires, des propos, des événements. C’est une personne qui apprend et qui apprend aux autres par la suite, sur les populations, le monde et ce qu’il s’y passe. Et tout cela peut se faire de n’importe quelle manière : une série de photographies, une vidéo, quelques mots ou des milliards. C’est aussi une forme d’art : rapporter des faits le plus justement possible, mais de la façon dont on le souhaite. Apporter une subjectivité sur la forme qui n’affecte pas le fond.


Dans les prochaines années, j’aimerai réaliser des reportages vidéo ou photo sur des événements mondiaux politiques et sociaux. Apporter mon regard et témoigner pour ceux qui ne peuvent pas le faire. Ce qui me plaît, c’est l’aspect journalistique qui se mêle à l’esthétique.


Interview de Victor Jestin, par Arthur Guillaumot et Pauline Gauer


Qu’est-ce que tu peux déjà annoncer comme contenus & chroniques à paraître sur www.samourai.news ?


Sur Samouraï News, vous pourrez retrouver un article certains matins, sur des sujets culturels et des événements. Notre but : mettre en avant les artistes émergents et jeunes, mais aussi des informations ou événements très peu relayés.


Et une collaboration Samouraï x Première Pluie, avec un article par semaine à retrouver sur les deux médias. Ce sera accès principalement sur la culture, et les nouvelles sorties d’albums, films ou séries.


Sur Samouraï TV, je serai en charge de la web-série Coop Nation, visant à promouvoir les valeurs coopératives auprès du grand public, du monde de la tech et particulièrement des jeunes.


Ça va, l’équipe Samouraï Coop ne t’en fais pas trop baver ?


Pas du tout. Je suis à la fois en apprentissage et en autonomie, dans un environnement sain et humain. Ça fait très institutionnel, vous pensez peut-être que Yohann m’a forcé à dire ça, mais je le pense vraiment. C’est agréable de travailler dans une entreprise où l’on privilégie la qualité à la quantité.


Souhaites-tu lancer un message d’alerte à nos lecteurs ?


À vous lecteurs, je vous dirais de vous préparer. À un déferlement d’articles. Aux web-séries visuelles et poétiques qui débarquent en force sur Samouraï TV. À cette collaboration Samouraï x Première Pluie. À la réelle énergie qui l’on y met et que l’on essayer de vous envoyer un peu plus tous les jours.


Suivez-nous, vous verrez.


Capture d'écran - YouTube @Jahneration