• Pauline Gauer

Street Art : une exposition mondiale sur le thème du coronavirus



Presque trois milliards de personnes sont confinées sur Terre et la situation mondiale reste incertaine. Face à l’avancée du Covid-19, des street artistes du monde entier sont sortis dans les rues pour s’exprimer.


Masques, distanciation sociale et messages d’espoir et de soutien, ce sont les sujets qu’ils décident de peindre et de tagger sur les murs des villes. Souvent réalisées avant les mesures de confinement, ces oeuvres sont admirées par le peu de personnes qui traversent les rues désertes. Aujourd’hui, c’est un petit tour du monde de ces créations, comme un musée à l’échelle mondiale, que nous vous proposons.


Le projet qui nous a le plus touché, c’est celui de The Act of Love, à New York. C’est une série de photographies collées dans les rues de la mégapole américaine, qui représente deux personnes s’embrassant à travers des masques chirurgicaux. Le projet ? Encourager l’humanité de la population et briser la négativité grandissante due au coronavirus.


Le monde a été menacé par les nouvelles quotidiennes sur les nouvelles épidémies de virus. Le niveau de racisme envers les citoyens de certains pays a augmenté de manière significative. Pendant que les scientifiques travaillent à la recherche d'un remède contre le virus, nous, les humains, ne pouvons que répandre l'amour et nous soutenir mutuellement. - The Act of Love



Engagé, le tag d’Airá Ocrespo nous a fait sourire, puis prendre conscience de la situation actuelle au Brésil, depuis l’élection du président Jair Bolsonaro. Depuis l’apparition du coronavirus dans le pays, l’homme politique ne prend pas au sérieux la gravité de la situation et n’agit pas pour limiter la contamination et améliorer les soins dans les hôpitaux. Alors, Airá Ocrespo a réalisé le “Masque de Bolsonaro contre le coronavirus”. Sur Instagram, il accompagne la photographie de son oeuvre d’un message d’indignation.


Un ver abject, dégoûtant, vil, méchant, lunatique, trompeur, déloyal, menteur, psychopathe, nuisible, malhonnête, traître, incapable, mal aimé, bestial, nauséabond, sordide, intraitable et maudit. C'est le putain de président d'une république de pacotille ! Vous pouvez ajoutez votre pire insulte contre cette crapule ! - Airá Ocrespo



Pendant ce temps-là, à Londres, l’oeuvre de Banksy “La jeune fille au tympan percé” a été revêtue d'un masque chirurgical.



En Norvège, l’artiste Pøbel livre un message positif dans les rues de Bryne avec son oeuvre intitulée The Lovers.


En ces temps difficiles, j'espère que cette pièce peut être une contribution positive et apportera de la joie. Soyez prudents et prenez soins les uns des autres



De la positivité, c’est ce qu’il faut au monde entier. Mais il faut aussi de la prévention, pour permettre à chacun d’améliorer la situation. Le collectif sénégalais RBS Crew nous livre une fresque qui rappelle les gestes barrières pour lutter contre le coronavirus.



Retour aux Etats-Unis, à Venice Beach, où la street artiste Ponywave a tagué un mur entier d’un dessin de deux personnes s’embrassant à travers leurs masques parsemés de fleurs. Sur Instagram, elle livre un message de prévention pour toutes les personnes qui la suivent :


"J'ai réalisé ce mural il y a plusieurs jours. Maintenant je reste à la maison comme tout le monde. Restez à l'intérieur s'il-vous-plaît ! Je promets de revenir à Venice lorsque ce sera terminé et de peindre."



Quand l’art traite de sujets forts, aux yeux de tous. Une exposition à ciel ouvert qui témoigne de l’époque étrange que nous vivons.

Pauline Gauer

42 vues
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc