• Pauline Gauer

Texas : un trentenaire serait mort du coronavirus après avoir participé à une « Covid party »

2020, et une envie de nouer des collaborations de long terme avec des équipes indépendantes, jeunes et passionnées par la culture sous toutes ses formes. Cet article est publié dans le cadre d’une collaboration journalistique entre Samouraï Coop et Première Pluie, un média jeune et associatif dont Pauline, qui a intégré Samouraï en février dernier, est la co-fondatrice. Cela fait deux ans qu’ils écrivent, filment et photographient le monde et la culture afin d’amener une image jeune au journalisme. Chaque semaine, Pauline publiera un article culturel spécial, à retrouver sur Samouraï News et sur Première Pluie.


Aux Etats-Unis, la situation du coronavirus est désastreuse. A ce jour, le pays compte plus de 137 191 décès dus à la pandémie, soit environ ⅕ du nombre de décès mondial. Et comme souvent, les américains sont méfiants. Certains ne prennent pas la situation au sérieux, refusent de porter des masques ou de respecter les gestes barrières, et considèrent le coronavirus comme une fake news, une pandémie inexistante.


"Beaucoup de gens ne prennent pas le virus au sérieux. Certains croient que c'est des balivernes. On est dans un schéma de réaction comme en France. Et puis, il y a le discours de Donald Trump, le président américain. En janvier, il disait que le coronavirus, c'était du mytho, un coup du Parti démocrate. En février, il a ensuite avoué qu'il y avait quelques cas mais que ça allait passer. Puis, il a promis la fin du virus pour Pâques. Et maintenant, il dit que s'il y a 100 à 200.000 morts c'est que la situation aura bien été gérée, qu'il aura fait du bon travail." - Alexis Ajinça, basket français de l’équipe d’Asvel, aux Etats-Unis


Depuis quelques semaines, selon des rumeurs, des étudiants de la ville universitaire de Tuscaloosa, en Alabama, organiseraient des soirées qu’ils nomment “Covid Parties” dans le but de démontrer que le coronavirus n’existe pas. En effet, ces étudiants inviteraient des personnes contaminées ou non par le virus afin de voir “si le virus est réel et si quelqu’un risque vraiment d’être infecté”, comme explique le Docteur Jane Appleby, pour News 4 San Antonio. Chacun des participants de ces soirées mettrait de l’argent dans un pot, et le premier à être infecté du virus remporte la mise.


“La conseillère municipale de Tuscaloosa (AL), Sonya McKinstry, a déclaré à @ABC, que des étudiants organisaient des événements comme des "COVID parties" où ils s'infectent intentionnellement les uns les autres. "Ils mettent de l'argent dans un pot et... celui qui obtient le COVID en premier obtient le pot." Pff, la stupidité de certaines personnes.” - Harold Lewis



Comment lutter face à une pandémie si de tels événements existent. De plus, certains étudiants ont déjà été testés positifs au coronavirus, et entrent dans ces soirées pleinement conscients d’être contaminés.


“Le chef des pompiers de Tuscaloosa, Randy Smith, dit qu'ils ont découvert que des étudiants, qui savaient qu'ils étaient positifs au COVID-19, avaient participé à des fêtes. Cette information a été donnée lors de la réunion pré-conseil de cet après-midi.” - Annie Mapp



Et malheureusement, les Covid Parties ont donné aux étudiants des réponses à leur question : ce week-end, un trentenaire est décédé du coronavirus après avoir participé à une de ces fêtes. Avant de mourir, le jeune homme s’est confié à l’infirmière et lui a avoué : “Je crois que j’ai fait une erreur. Je croyais que la pandémie était un canular, mais en fait, non..”.



Bien avant le décès de cet homme, les autorités locales et nationales s'inquiètaient du devenir de ces événements “honteux” et “inconscients”.


"Des rassemblements de ce genre au beau milieu de la pandémie peuvent être extrêmement dangereux et exposent les gens à un risque accru d’hospitalisation et même de décès". - John Wiesman, responsable de la Santé de l'État de Washington


Cette indignation de la part des autorités et du personnel médical les poussent à alerter les jeunes de la gravité de ces événements. De plus, toute personne testée positive devra être placée en quarantaine. Et si elle s’y oppose, pourra écoper d’une amende de 500€ maximum.

Pauline Gauer

0 vue
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • SoundCloud - Cercle blanc